Quand tout le monde y croit…

Quand tout le monde y croit…
Published: 2020-10-23

Alors tout devient possible. Les athlètes doivent avoir confiance en leurs moyens pour réussir. Être conscient et savoir qu’on peut rivaliser avec les meilleurs devient un puissant stimulant vers la victoire. C’est ça avoir confiance en soi. Or, j’entends parfois des gens dire que tel ou tel joueur, ou que tel ou tel sportif a trop confiance en lui et que ça lui jouera un mauvais tour un de ces jours.

D’abord, il est essentiel d’avoir confiance en soi sans quoi on risque d’hésiter dans nos gestes, de dénigrer ses propres compétences et son talent ou de surévaluer l’adversaire. Semer le doute dans son esprit devient un handicap sérieux.

Or, on n’a jamais trop confiance en soi. Je dis souvent, en conférence, que l’excès de confiance en soi n’existe pas. Comment, en effet, peut-on avoir trop d’optimisme et d’assurance en ses moyens? Il est impossible d’avoir trop confiance en soi. 

Ce qui existe par ailleurs, c’est l’arrogance et le manque de respect pour ses adversaires. Voilà ce que doivent éviter les athlètes! Il faut craindre et respecter ses adversaires, mais comprendre qu’en jouant ensemble (s’il s’agit d’un sport d’équipe) et en donnant le maximum à chaque présence, il est possible de les vaincre les meilleurs.

On doit apprendre à jouer avec intensité, et même avec un peu de hargne s’il le faut, tout en suivant notre plan de match et en faisant appel à nos forces.

Est-ce que cette attitude assure la victoire? Surtout pas!

Aucun affrontement ne se résume jamais à petite balade dans le parc, quelle que soit la confiance que l’on peut avoir en ses moyens. L’effort, comme le travail, doit être constant. Les victoires faciles n’existent pratiquement jamais. Surtout quand les équipes ou les adversaires ont aussi du talent et une bonne confiance en eux.

Alors oui, il faut développer sa confiance en soi. Et il existe quelques moyens de vous faciliter la chose, car la confiance peut de développer ou même se reconstruire. Les entraîneurs peuvent vous guider et vous aider dans cette démarche. Dans un premier temps, on souhaite cultiver des habitudes positives. Voyez le bon côté des choses. Ayez un bon dialogue intérieur pour éliminer les pensées qui dévalorisent.

Créez ensuite votre propre système d’évaluation selon vos capacités, vos forces et vos talents. Il s’agit ici de se détacher de mauvaises expériences du passé pour se concentrer sur les réalités et de renforcer la certitude que vous pouvez réussir.

Enfin, passez à l’action. Allez-y par étape, car chaque pas est important. Pas besoin de se mesurer immédiatement au champion du monde. Prenez appui sur ce que vous réussissez pour avancer. Encore plus concrètement, vous pouvez vous inspirer de vidéos ou d’écrits pour vous insuffler une énergie nouvelle. Vous pouvez aussi prendre quelques instants pour écrire ce que vous avez fait avec succès dans telle ou telle phase de votre préparation ou du jeu.L’échec n’est pas une fin et il ne faut jamais s’identifier à l’insuccès. J’y reviendrai bientôt, car l’échec est souvent même une étape de l’apprentissage vers la victoire.

D’ici là, croyez en vos possibilités. Vous le méritez! Vous avez raison d’avoir confiance en vous et en vos moyens…